jeudi 18 mai 2017

Souhaiter la Mer Aux Pays des Lacs

Ma blonde écoutait distraitement le party de bureau de TVA.
Bien vite, elle aussi, s'est tannée et a plongé les yeux sur son cellulaire pour errer sur Facebook.

On croit encore au "vote du public?". On devrait l'honorer? Ça a une valeur?

Si on m'avait donné 1000$ pour ma prédiction de tapis rouge que Guylaine Tremblay et Éric Salvail seraient voté personnalités de leur sexe respectif, je serais plus riche de 2000$ depuis dimanche.

À la fin du très très intelligent (donc oublié) film Quiz Show de Robert Redford de 1994, des mots ayant encore une résonance très forte aujourd'hui font écho:

"Give the people what they want! This is what television is about, don't you think?"

C'est une fin sur une question ouverte.
Est-ce vraiment ce qui est souhaité?

Le succès d'une tonne d'oeuvres est de nous avoir sorti de l'ordinaire. Le succès des réalités shows est de nous montrer des laboratoires humains, parfois réussi, sur le comportement des Hommes entre eux. C'est aussi de nous montrer une bande d'amis et la dynamique qui opère entre eux, ce qui manque à plusieurs d'entre nous, je n'en doute tout à fait pas. Je fréquente moi-même La Soirée est ( Encore) Jeune à la radio et/ou en balado parce que j'ai toujours l'impression de me retrouver entre amis. J'ai adoré Les Invincibles et Série Noire parce que c'était tout simplement de mes amis qui y jouaient dedans.
Et c'est fou ce qu'ils me font rire.
Dimanche soir c'était silence dans mon salon et au théâtre Denis-Pelletier. Ça riait pas. TVA n'est pas pour moi.

L'art, le divertissement ce doit être un peu un miroir. Mon miroir n'est très très pas TVA.

Le Québec aime visiblement TVA. Une famille que je n'aime en rien.

Mais alors rien. Un empire de petitesse sans cesse renouvelée. Un royaume de publicités parsemés de maigres contenus. Je ne ferai pas le procès de la station, je n'en ai pas envie. Je me contente de tourner le dos à ma télé et de très peu l'ouvrir pour de la consommation directe (sauf pour le sport). Même si la face d'Eric Salvail me pourchasse puisqu'il partage un condo près du mien dans le nord.

Je ne peux que me rendre au constat que je ne recherche pas souvent l'unanimité. Et je ne crois pas que dans un monde sain nous devrions tous faire l'unanimité. Ce qui nous ramène à la question initiale:
"devrions nous donner aux gens ce qu'ils veulent?".

Non.

Donc à mort La Voix et autres copies du genre.

Surprenez nous!
Comme Mariana Mazza, Fabien Cloutier ou Antoine Bertrand. Qui à eux trois seuls, nous offrent de nouveaux angles (je trahis à l'instant que j'ai écouté davantage que ce que je prétends, mais un livre en main).

Voilà aussi pourquoi, quand je vois des publicités de gens-"ordinaires"-qui-ne-sont-pas-des-acteurs, qui deviennent gaga devant des voitures ou encore des cafés, je deviens un bol de cynisme qui dégouline de partout. Ne nous prenez pas tant pour des idiots, svp...ça devient insultant. Pour la pub des cafés, la fille à qui on ne fait dire que "latte", est la même qui fait les pubs de Daddy-go. Elle est jolie, oui, probablement amatrice de café, mais franchement pas cliente naturelle au moment du tournage afin de s'éblouir de la marque de café caché derrière la palissade. Elle est de l'UDA. Naturel et mise en scène sont des mots qui ne vont pas ensemble.

"Oui mais toi Jones, tu n'aimes ni les voitures, ni le café. je comprends que ça te fasses faire de l'urticaire"

Peu à voir. Je trouve notre télé de plus en plus insultante.
Nos politiciens de plus en plus insultants. Nos dirigeants d'entreprises ignobles. Notre monde...

"Tu deviens misanthrope?"

Atrabilaire.

"Boooooon...tu lis Ducharme, c'est ça?"

Entre autre,  j'en relis un, mais le problème c'est que je tente tant d'échapper au monde dans lequel je trempe et je ne lis pas un, ni deux, ni trois, ni quatre, je lis 5 livres de front....5 angles sur 5 sujets. Je passe de l'un à l'autre au gré des humeurs.

Autant d'horizons que de voyages.
Pas toujours le même tunnel.

Éparpillé ou sain?

"Tu cherches à pêcher des étoiles de mer là où il y a surtout des poissons, Jones"

Je cherche une mer là où il n'y a parfois qu'un lac à voir. Mais je souhaite ce lac plein de poissons tellement variés...

"T'es un rêveur, Jones"

Je l'espère, oui.
Peut-être un peu atrabilaire.

Aucun commentaire: